La grossesse est un moment privilégié pour une femme, surtout si elle est enceinte pour la première fois. Pourtant, la grossesse peut affecter le cerveau de la future maman. Durant le premier trimestre de la période prénatale, la mère est soumise à un véritable tourbillon d’émotions : les sautes d’humeur. Bien que pénibles à vivre, les changements d’humeur n’ont rien d’anormal et tendent à s’estomper au fil du temps.

Grossesse : d’où viennent les sautes d’humeur ?

Dans la plupart des cas, les sautes d’humeur apparaissent pendant le premier trimestre de la grossesse. Elles sont dues aux bouleversements hormonaux. En effet, la grossesse est très riche en émotions. Elle s’accompagne d’importants changements non seulement physiologiques, mais aussi psychologiques, situations qui fragilisent facilement la femme enceinte. Les sautes d’humeur sont des réactions tout à fait naturelles puisqu’elles sont provoquées par l’augmentation importante du taux de progestérone et d’œstrogène chez la future maman. La concentration de ces hormones affecte par la suite la sécrétion et surtout le fonctionnement des neurotransmetteurs, responsables de la régulation de nos humeurs. D’après des études, des taux très élevés de progestérone sont associés à d’importantes fluctuations de l’humeur chez les femmes enceintes. Les sautes d’humeur se manifestent avec une intensité variable d’une mère à l’autre. Il se peut que les futures mamans, très sensibles d’habitude, se montrent plus calmes durant la grossesse tandis que d’autres se trouvent à fleur de peau. Quelles que soient les émotions de la mère, positives ou négatives, elles nécessitent une adaptation importante puisqu’elles sont toutes liées aux sautes d’humeur. La future maman effrayée à l’idée d’attendre un enfant peut être étonnée de se sentir bien à l’aise durant la grossesse. Et bien qu’il s’agisse d’une émotion positive, ce sentiment peut pourtant la mettre dans tous ses états.

Comment se manifestent les sautes d’humeur durant la grossesse ?

L’arrivée d’un bébé fait partie des circonstances les plus heureuses dans une famille. Toutefois, la période prénatale peut être un événement bouleversant à cause de sautes d’humeur. Cette crise existentielle varie d’une femme à l’autre. Ce que vous ressentez pendant la grossesse peut être des émotions positives ou négatives. Vous pouvez être emporté par la joie, notamment par l’excitation d’être enceinte ou encore la fierté de mettre au monde un enfant. Ce panel de sentiments peut provoquer des sautes d’humeur même s’il s’agit des sensations positives. Vous pourriez en effet infecter par la maladresse à cause de vos rêveries concernant votre bébé. Nombre de femmes enceintes n’arrêtent pas de laisser tomber leurs clefs, de renverser leur tasse de thé et pire encore trébucher sans aucune raison. Ensuite, les sautes d’humeur se manifestent par des émotions négatives comme la crainte de l’accouchement. La femme enceinte pleure plus facilement qu’auparavant. En outre, elle s’énerve pour rien. Il arrive que la future maman dramatise les situations les plus insignifiantes. Dans cette optique, la grossesse devient une source d’angoisse. Les sautes d’humeur dues aux sentiments de frustration sont aggravées par les attitudes des amies et membres de la famille qui ont la fâcheuse habitude de raconter leur propre expérience. Les sautes d’humeur peuvent également provoquer par la sensation d’un certain mal-être face aux changements du corps, tel que la peur de perdre sa complicité avec son compagnon.

Gérer les sautes d’humeur pendant la grossesse : halte à la culpabilité

Il est difficile de prévenir les sautes d’humeur puisqu’elles sont influencées par les bouleversements hormonaux. Toutefois, il existe des astuces pour aider les femmes enceintes à gérer certaines sautes d’humeur. De prime abord, vous devez vous débarrasser de votre sentiment de culpabilité. La première chose à faire est de ne jamais être trop dure avec vous-même. En effet, nombre de futures mamans ont tendance à se culpabiliser en pensant à leurs sautes d’humeur. Cet esprit ne fait qu’aggraver la situation, car votre corps sécrète davantage des hormones génératrices de sautes d’humeur négatives ou positives. Vous devez accepter qu’il soit tout à fait normal chez les femmes enceintes d’avoir des moments de chagrin, de peur, d’énervement, et ce, même si elles adorent tellement leurs bébés. La grossesse ne signifie pas forcément « rayonner de joie », elle peut mettre dans la future maman dans tous ses états à cause d’importants changements hormonaux durant le premier trimètre de la période prénatale. C’est que vous devez faire : vous débarrasser de vos émotions. Dans cette situation, parlez de ce que vous ressentez à vos proches, en particulier à votre mari. Cette attitude est considérée comme la meilleure arme pour chasser votre doute. Pourtant, vous ne devez surtout pas avoir peur d’être mal jugé.

Pratiquer une activité physique et de relaxation

Pour calmer vos sautes d’humeur, il est important de faire une activité qui vous tient à cœur, et ce, dans le but d’accélérer le retour de la bonne humeur. Sur ce point, pratiquez une activité physique régulièrement et bien adaptée à la grossesse : marche, natation, gymnastique douce, sauf contre-indication médicale. De plus, l’activité physique est bénéfique aussi bien pour la future maman que pour le bébé. Elle peut en effet augmenter leur rythme cardiaque. Pour un résultat probant, il faut seulement varier vos activités musculaires et cardiovasculaires. D’après des études, trois heures d’activité physique par semaine entrainent une réduction de 40 % des risques d’hypertension et une diminution de 25 % du risque de dépression. Ce n’est pas tout, la pratique régulière d’une activité physique peut entrainer une diminution de 30 % du risque de prendre trop de poids durant la période prénatale. C’est la raison pour laquelle l’activité physique permet de calmer vos sautes d’humeur. Si vous manquez de confiance en vous comme vous avez peur de ne pas être une bonne mère, pratiquez cette fois-ci une activité de relaxation telle que le yoga et la méditation. Ces disciplines permettent de renforcer votre lien avec votre bébé. Grâce à la technique de méditation, vous pouvez par exemple établir un début de communication avec votre bébé. Elle améliore également votre confiance en vous. Elle vous aide à chasser les sensations négatives puisqu’elle permet de relâcher la pression autour de la grossesse.

Adopter une bonne attitude durant la grossesse

La grossesse entraîne un changement radical dans la vie d’une femme et qui affecte facilement son état d’esprit, source de sautes d’humeur. Pour que la situation ne s’aggrave, il est nécessaire d’adopter une bonne attitude pendant la grossesse, surtout durant le premier trimestre de la période prénatale. Pour éviter le stress, essayez de rester toujours en bonne santé. Pour ce faire, mangez sainement, en prenant des aliments bien équilibrés. Ensuite, reposez-vous constamment en prenant bien en compte la qualité de votre sommeil. En effet, la fatigue accentue l’état de dépression et l’anxiété. Puis, informez-vous. Si vous savez à quoi vous attendre durant la grossesse, vous serez moins exposée aux sautes d’humeur. Pour vous aider, lisez des livres, regardez des films et documentaires liés à la grossesse. Vous pouvez également assister à des cours de préparation à l’accouchement. Enfin et non le moindre, consultez régulièrement votre médecin. Il est indispensable de recevoir l’avis de professionnels : un gynécologue, un psychologue. De nos jours, il existe aussi des agences santé qui peuvent vous aider à affronter sans difficulté tous les signes symptômes grossesse et à surmonter votre peur.