post-title Quelles positions adopter pour stimuler le point G ? 2020-10-05 13:27:00 yes no Posted by

Quelles positions adopter pour stimuler le point G ?

Depuis quelques décennies, il est possible d’observer que les gens et la science s’engagent de plus en plus dans des réponses plus précises dans le domaine de la sexualité, du sexe et de l’orgasme. On parle beaucoup de l’importance d’avoir une vie sexuelle active, que l’on ait ou non une relation sérieuse, ainsi que de la nécessité d’avoir des rapports sexuels protégés afin d’éviter non seulement les grossesses non désirées, mais surtout les maladies dites sexuellement transmissibles.

Oui, il y a beaucoup d’informations et même quelques « innovations » en ce qui concerne le sexe, la recherche du plaisir. Mais, on ne peut le nier : tout cela suscite de nombreux doutes et, dans certains cas, même une recherche exagérée du « sexe parfait », du « plaisir intense ».

Les spécialistes en pensent quoi ?

Keila Oliveira, psychologue, sexologue et sexothérapeute, fait remarquer qu’au fil du temps, de nombreuses réponses (concernant la sexualité, le sexe et l’orgasme) ont été trouvées ; et d’autres en sont venues à apparaître beaucoup plus comme des spéculations et des suppositions. « Alors que nous avons évolué en matière de technologie et de réponses toutes faites pour la vie de tous les jours, nous avons vu que cette urgence de tout savoir et de rendre la vie plus pratique et exceptionnelle chaque jour est devenue un objectif très clair, que pratiquement tout le monde réclame avec insistance », dit-elle.

« Nous avons une véritable industrie du bonheur qui se met en place chaque jour en faveur de gadgets et de découvertes bombardées qui nous facilitent la vie et nous empêchent de faire face aux frustrations et à notre propre implication émotionnelle, reflet de nos réussites, mais aussi de nos échecs. Dans le domaine de la sexualité, cependant, nous avons peu de nouvelles en termes de technologie et de progrès en médecine, par rapport à d’autres domaines de la science : comme l’esthétique, la génétique, la cardiologie et l’infectiologie, par exemple », observe-t-il.

Lorsque le sujet est le sexe, un thème très important est ce qu’on appelle le point G, entouré cependant de nombreux doutes. Il serait pratiquement « responsable » d’offrir un maximum de plaisir aux femmes.

Keila explique que le terme « point G » est apparu dans les années 1980 et trouve son origine dans l’allusion aux études dans le domaine de l’anatomie féminine du médecin allemand Ernst Gräfenberg. « Selon ce concept, il s’agirait d’une région située dans la région antérieure du vagin, à environ 4 cm de l’entrée du canal vaginal. On pense qu’il se trouve exactement dans la région proche de l’innervation du clitoris et qu’il est donc responsable de l’orgasme », dit-il.

Ricardo Luba, gynécologue, obstétricien et spécialiste en reproduction humaine, commente qu’il y a ceux qui sont d’accord et ceux qui ne croient pas au point G. « En fait, il n’y a pas de preuves scientifiques, mais il est généralement indiqué comme à l’entrée du vagin, dans la paroi antérieure », dit-il.

Comment trouver le point G ?

Mais qu’est-ce que le point G ? Comment le trouver ? Est-ce que cela « fonctionne » pour toutes les femmes ?

« Pour trouver le point G, insérez l’index dans le vagin avec la paume vers le haut. La paroi vaginale dans cette région présente des aspérités, des irrégularités. En approfondissant un peu plus le doigt, on peut remarquer que la paroi vaginale devient lisse. Le point G se trouve dans la région de la paroi antérieure du vagin avec une certaine rugosité », indique Ricardo Luba, gynécologue, obstétricien et spécialiste en reproduction.

Le gynécologue ajoute que la masturbation et même l’utilisation de vibrateurs peuvent aider les femmes à trouver le point G. « Avec la masturbation, les femmes apprennent leurs points les plus agréables et donc l’utilisation de vibrateurs aide à localiser le point G », guide-t-il.

Keila explique qu’elle préfère appeler celle-ci une « région virtuelle ». « Il est extrêmement valable qu’elle soit explorée, cependant, je l’appelle ainsi, car elle fonctionne chez certaines femmes, chez d’autres pas. Il existe des théories selon lesquelles elle existe chez toutes les femmes, mais chez certaines, elle n’a pas encore été découverte ou stimulée de manière adéquate. D’autres, que chez certaines femmes, cette zone est plus importante et donc plus accessible », réfléchit-elle.

« Ce que nous ne devons pas perdre de vue, c’est que chaque femme est un monde complexe et idiosyncrasique. Ce qui est excellent pour certaines personnes, pour d’autres cela peut être absolument étrange et cela vaut pour tout dans la vie, y compris le sexe et l’orgasme. L’orgasme et le désir féminin sont des domaines encore largement inconnus, et il reste beaucoup à découvrir », dit-elle.

« Au fil des ans, en assistant des couples et des femmes ayant un faible désir, des difficultés d’orgasme et des problèmes liés au sexe, je me rapproche de plus en plus de la compréhension que les gens sont paresseux lorsqu’il s’agit d’essayer d’avoir une expérience sexuelle plus satisfaisante et plus large et cherchent des réponses toutes faites pour une expérience sexuelle plus amusante et du sexe “plus”, sans avoir beaucoup de travail ou y investir tout leur côté créatif. Et c’est précisément parce que j’y crois que j’ai le sentiment que le point G est si réussi dans les médias, parce qu’il s’agit plutôt d’une réponse toute faite. Nous pensons ! Yahoo ! Notre vie sexuelle sera désormais une merveille », dit Keila.

Le sexologue explique que la façon créative de toujours chercher d’autres réponses et des choses cool pour la vie sexuelle et pour deux est merveilleuse : « nous devons chercher et réinventer, toujours. Mais nous ne pouvons pas tomber dans le piège qu’ils sont miraculeux et qu’ils résolvent définitivement notre problème », dit-elle.

Keila souligne que le point G, en thèse, est situé très près de l’entrée du vagin, dans la partie antérieure. Pour le trouver, nous devons mettre le doigt dans la région pubienne et faire un massage comme si nous avions une « cosquinha », le mouvement dit « viens ici ». Il faut chercher plusieurs sortes de touches, plus délicates, avec plus de pression, plus rapides ou plus lentes. Chaque femme peut le ressentir de manière différente », explique-t-il.

« Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est que tout l’environnement de l’acte sexuel y réfléchit ; ce que je veux dire, c’est qu’il ne sert à rien d’investir dans le point G sans aucun préalable, sans aucun point culminant, comme si le point G était le “bouton ON” ! En fait, chez les femmes, il est difficile de trouver un seul bouton “ON”. Je dis toujours : il y a beaucoup de petits boutons et, si vous n’en allumez pas une combinaison, le sexe peut devenir ennuyeux et monotone. Ces “boutons magiques” sont répartis sur tout le corps, dans de nombreuses zones érogènes, dans nos émotions, dans notre esprit et même dans notre imagination. Mettez en marche une combinaison d’entre eux et les chances de succès sont très élevées », stimule le sexologue.

5 mouvements et positions pour profiter du point G

Keila explique que la masturbation et le vibrateur aident beaucoup à éveiller diverses sensations dans le corps féminin, étant ainsi d’excellents compléments pour le sexe.

Pour une femme, trouver son point G seule en se masturbant est un peu plus compliqué qu’avec l’aide de son partenaire, selon Keila. Mais ci-dessous, elle vous donne quelques conseils sur les mouvements et les positions pour vous aider dans les deux cas :

Allongée face contre terre avec ses doigts, elle cherche la partie supérieure du canal vaginal avec des mouvements forts et lents ;

Allongé face contre terre, les doigts fouillant la partie supérieure du canal vaginal, simulant une pénétration rapide ;

Allongée sur le dos, elle place son doigt à l’intérieur de son vagin comme si elle creusait un petit trou vers le matelas ;

En cas de masturbation, la femme doit rechercher les positions assises sur la tête du lit, en cherchant une position dans laquelle l’atteinte de cette région est confortable. Il est utile de placer un oreiller sous ses jambes ;

Allongée sur le côté en position fœtale avec un oreiller replié entre les jambes.

Un homme a-t-il un point G ?

Keila explique que le corrélat du point G masculin serait la région non envahie de la prostate, atteinte soit par le toucher rectal, soit par la région externe du périnée (entre les testicules et l’anus). Plus que de chercher des « réponses toutes faites » lorsqu’il s’agit de sexe et, dans ce cas, du plaisir de l’homme, il vaut mieux investir dans des caresses dans différentes régions du corps et sous différentes formes », dit-il.

« Bien qu’ils ne le soient pas tous, certains hommes sont simplement terrifiés à l’idée d’être touchés dans cette région (cela est dû en grande partie au mythe selon lequel le plaisir anal est lié à l’homosexualité, ce qui n’est pas vrai). Pour ces hommes, renoncez à cette tentative par l’anus ; la tentative peut être plus fructueuse par le périnée, et quand même, regardez là », commente le sexologue.

« D’autres, en revanche, déclarent cette préférence à leur partenaire et, s’ils n’ont pas de réserves à ce sujet, “s’étonnent”. L’anus d’un homme est une région érogène en raison de sa proximité avec sa prostate. La prostate, à son tour, est une région extrêmement vascularisée et inervable qui, lorsqu’elle est stimulée, procure un plaisir intense », ajoute Keila.

La vérité est que, dans le cas des femmes comme des hommes, il est toujours utile de se rappeler que les gens sont uniques. Ce qui est bon pour l’un peut ne pas être légal pour un autre. Il n’y a pas de mal à essayer de rechercher le point G, au contraire, cela peut être une recherche agréable. Ce qui n’est pas valable, c’est d’en devenir « obsédé », en pensant que c’est le seul moyen d’avoir une vie sexuelle vraiment agréable.

Le dialogue entre les deux parties est fondamental. Il ne faut pas avoir peur de demander ce que l’autre aime ou n’aime pas. « Il est toujours bon de savoir jusqu’où votre partenaire est ou n’est pas dans certaines caresses. Respecter les goûts et les limites de l’autre est un excellent moyen », souligne Keila.

Dans le sexe, comme dans une relation en général, il n’y a pas de règles… L’important est de vouloir et d’être prêt à le vivre à ce moment précis !