post-title Le sexe anal pour plus de plaisir 2020-10-05 13:29:00 yes no Posted by

Le sexe anal pour plus de plaisir

Entouré de tabous, le sexe anal est encore un sujet qui génère beaucoup de curiosité, d’insécurité et de doutes. Cependant, si elle est traitée avec patience et légèreté, elle peut être une expérience très agréable.

Cette pratique peut également renouveler les relations sexuelles d’un couple, contribuant à établir une relation plus intime et plus confiante, ainsi qu’à créer de nouveaux moments de plaisir à deux.

6 mythes et vérités sur le sexe anal

1. Le sexe anal fera-t-il toujours mal ?

MYTHE : D’après un urologue, la relation anale a tendance à être plus douloureuse parce que la région n’a pas la même élasticité que le vagin. Mais il explique aussi qu’il n’est pas normal de ressentir constamment la douleur. « Si la douleur se produit dans toutes les relations, c’est le signe que quelque chose ne va pas. En prenant certaines précautions, vous évitez la douleur, par exemple en utilisant des lubrifiants et en étant détendu, sans tension. Le couple doit être en phase et à l’aise avec la situation, ce qui garantit le plaisir de l’acte pour les deux parties ».

2. Facilite la contraction des MST

VÉRITÉ : « Le sexe anal est considéré comme l’un des moyens les plus fréquents de contracter une MST. Dans le cas du VIH, le liquide séminal d’une personne séropositive porte une grande quantité de charge virale, et pendant l’acte, des micro-fissures peuvent se produire dans la région de l’anus et du rectum, facilitant la contamination », explique un urologue. Et le problème ne concerne pas seulement le VIH. « En outre, dans la relation anale, il est possible de contracter n’importe quel type de MST, comme le VPH, la gonorrhée, l’herpès et l’hépatite C. Donc même dans la relation anale, il est très important d’utiliser un préservatif ».

3. La région anale ne retrouve pas une élasticité normale après l’acte ?

Mythe : l’urologue explique: « Si la pénétration anale est faite dans un état de relaxation et de plaisir, aucun mal ne sera fait à la région ».

4. Provoque des hémorroïdes

MYTHE : l’urologue explique que les hémorroïdes sont le résultat d’une pression accrue dans les veines de l’anus : « La pression fait gonfler ces veines, ce qui les rend douloureuses, surtout lorsque la personne est assise. Parmi les principales causes d’hémorroïdes, on trouve un effort excessif lors de l’évacuation, la constipation, la position assise prolongée et les infections anales ». Cependant, pour ceux qui ont déjà des hémorroïdes, la pratique peut contribuer à aggraver la situation.

5. La taille du pénis peut-elle nuire aux relations sexuelles anales ?

MYTHE : La chose la plus pertinente est que la femme soit détendue pour que la dilatation de la région se produise. Mais il met en garde contre les soins liés à la taille du canal : « En termes de longueur, il est recommandé de maintenir une activité plus lente et plus prudente avec les pénis de plus de 18 cm, puisque le canal rectal a une profondeur moyenne de 17 cm ».

6. Est-il possible d’avoir un orgasme avec le sexe anal ?

VÉRITÉ : Le doute le plus cité sur le sexe anal est vrai oui ! Mais cela dépend d’un certain nombre de facteurs, comme le souligne l’urologue : « En général, la personne qui effectue la pénétration éprouvera plus de plaisir, car le canal anal est plus étroit. Mais tout dépendra de la lubrification de la région anale, des préliminaires, du degré d’excitation de la personne pénétrée et de l’harmonie du couple pour améliorer la pratique sexuelle ».

Conseil pour avoir le meilleur sexe de votre vie

Un sexe personnel souligne un autre élément essentiel pour profiter pleinement de ce moment : « Plus vous vous sentirez en sécurité à l’heure de la sodomie et plus vous serez excité, plus vous vous libérerez de la peur, de l’anxiété et vous apprécierez la situation, ce qui peut être très agréable pour le moment ».

4 positions idéales pour la pratique sexuelle

1. Femme au sommet

« La meilleure position pour la première fois ou une tentative efficace est une femme au sommet. Le partenaire doit rester immobile et la femme doit contrôler l’introduction et les mouvements au début, en s’ajustant soigneusement pour que personne ne soit blessé sans être pressé (ce conseil s’applique à toutes les positions).

L’expert souligne également qu’il est important d’éviter de faire des allers-retours sans que la pénétration ait été complète.

2. Le lado

« Sans afobation, il est légal dans un deuxième temps d’essayer de côté, où la femme peut tout contrôler, de l’intensité des mouvements et avoir encore la possibilité d’utiliser les masturbateurs », suggère le sexe personnel.

3. Allongée, jambes écartées

Selon l’expert, cette position est une alternative à la manipulation du clitoris et à l’interaction avec le partenaire, qui parle de ses sensations en face à face. « Cela vous apportera un climat encore plus chaud à tous les deux. Je vous garantis que cette expérience vous laissera en sécurité et que vous serez prêt à vous laisser aller chaque jour un peu plus ».

4. Sur quatre

« Lorsque vous êtes en sécurité et détendu, c’est peut-être l’une de vos positions préférées. N’oubliez pas que même en quatre, une femme peut et doit aider à introduire et à contrôler en manipulant son clitoris », indique un professionnel.

Éléments pouvant vous aider dans cette expérience

Le préservatif : il est essentiel pour la santé du couple, en évitant la transmission des MST, comme nous l’avons déjà dit. Et il est bon de rappeler que, lorsqu’on change la région anale pour la région vaginale, il faut la changer, pour éviter des problèmes tels que les infections urinaires.

Gel lubrifiant : comme la région ne dispose pas de lubrification naturelle, tout comme le vagin, l’utilisation de gel lubrifiant est essentielle. Il permettra d’éviter les frictions qui peuvent provoquer des douleurs et des fissures, ce qui apportera plus de plaisir à la pratique. Le docteur souligne que les lubrifiants à base d’eau doivent être utilisés car ils n’interagissent pas avec le latex des préservatifs et sont hypoallergéniques.

Les vibromasseurs en général : ils ne sont pas indispensables, mais ils contribuent à la stimulation de la région, rendant le moment plus agréable. Le sexe personnel indique que la balle est un modèle intéressant pour la stimulation du clitoris pendant la pratique. Il insiste également sur le soin apporté à l’hygiène : « il est également cool d’utiliser un préservatif, pour éviter la contamination par les bactéries du jouet. Et il sera également beaucoup plus facile à nettoyer, en évitant d’utiliser des produits abrasifs, mais uniquement du détergent neutre et de l’eau ».

Ennemis et douches : certaines femmes choisissent de nettoyer le canal avant l’entraînement. Selon l’urologue, on peut utiliser des produits spécifiques (tels que le lavement) et nettoyer à l’eau. Il avertit toutefois qu’il faut l’utiliser avec prudence et uniquement pour l’acte sexuel, et non pas pour en faire une routine, car cela pourrait nuire à votre santé.

Vous sentez-vous prêt pour tenter de nouvelles expériences  ?