Cela ne sert à rien. Peu importe le temps que cela prendra, un jour, 99 hommes aborderont ce sujet avec leurs partenaires : le sexe anal. Le sujet est épineux et, comme il ne pouvait en être autrement, il est à l’origine de débats animés entre les couples. Les adeptes de cette pratique garantissent qu’elle procure un plaisir plusieurs fois plus intense que le sexe vaginal mais, pour celles qui n’en ont jamais fait l’expérience, l’idée reste inconfortable et, rendant un jeu de mots infâme, même douloureuse. Nous avons préparé un guide avec les six questions les plus courantes auxquelles répondent les experts.

Pourquoi le sexe anal est-il si associé au sida ?

Les premières informations sur la transmission du VIH proviennent de patients qui ont contracté la maladie lors de rapports sexuels anaux. Pendant de nombreuses années, on a cru que les rapports sexuels vaginaux ne transmettaient pas le virus. Il est plus facile de contracter le sida (et toute IST) avec la pratique du sexe anal car il provoque de petites fissures dans le rectum, qui finissent par servir d’entrée au VIH, selon une sexologue. Il est ainsi justifié que le sexe anal est associé au sida.

Le sexe anal provoque-t-il des hémorroïdes ?

Non. Cette affirmation, bien que courante, n’est qu’un mythe. Selon un urologue, sexologue et sexothérapeute, « cela vient d’une croyance et d’une éducation préconçues selon lesquelles le sexe n’est que pour la reproduction, donc seulement vaginale ». Cependant, il est important d’éviter de maintenir la pénétration anale si les hémorroïdes existantes sont enflammées, car les risques de douleur sont beaucoup plus importants pendant ces périodes.

Cela fait-il mal ? Est-il normal que cela fasse mal ?

La douleur et l’inconfort sont les craintes les plus courantes chez la plupart des personnes qui ne pratiquent pas le sexe anal. Cependant, elles ne sont pas la règle. Les personnes qui le font ressentent souvent peu ou pas de douleur. Il est normal de ressentir un certain inconfort, surtout les premières fois, mais si l’inconfort persiste, c’est le signe que ce n’est pas le meilleur moment pour pratiquer. En tout cas, méfiez-vous des vidéos porno dans lesquels on ne voit que du plaisir plein l’écran. Dans ces vidéos, les femmes ont déjà baisé et ont sûrement plusieurs sexe anal avant d’en faire un métier. Alors si vous ressentez une douleur, ce sera tout à fait normal lors première expérience. Mais quand la femme (ou l’homme) est habitué à se faire prendre en sodomie comme ça, cela donnera plus de plaisir encore et encore et le goût de la douleur ne sera plus qu’un mauvais souvenir. La douleur ne sera plus ressentie même si l’événement sexuel se passe en gangbang, ou avec un black de très grande bite. Mais si vous avez vraiment peur d’une douleur quelconque, il serait sage de votre part de respecter à la lettre les gestes préliminaires. Soyez l’homme de la situation. Commencez par les baisers sur tout le corps, la nuque, le ventre, les seins, et même la chatte. Faites monter le plaisir de plus en plus. N’oubliez surtout pas d’utiliser un lubrifiant car la conduite anale est effectivement étroite. La fellation peut être utilisée à la place mais rien de mieux qu’un lubrifiant bien efficace pour faciliter la pénétration.

Puis-je tomber enceinte en ayant des relations sexuelles anales ?

L’entrée qui conduit le sperme au système reproductif féminin (utérus, ovaires, trompes et compagnie) est le vagin. L’anus n’a aucun lien avec cette « voie » et il n’est donc pas possible de tomber enceinte lors d’un rapport sexuel anal. Le vagin et l’anus sont deux parties vraiment différentes. 

Devez-vous utiliser un préservatif ?

Oui, oui et oui ! L’utilisation du préservatif est indispensable dans toute pratique sexuelle, qu’elle soit anale, vaginale, orale ou toute autre variante possible. En effet, le préservatif sert non seulement à ne pas tomber enceinte, mais aussi à éviter la contagion des maladies sexuellement transmissibles. « Dans les relations anales, son utilisation est obligatoire, car la muqueuse anale absorbe facilement les virus et les bactéries. En outre, il y a des restes d’excréments qui peuvent entrer dans le canal urétral, s’y déposer et provoquer des démangeaisons et des écoulements chez les hommes », explique une psychologue et sexologue. Sachez que dans les vidéos porno, les hommes ou les femmes sont tous déjà bourrés de médicaments, certains pour retarder l’éjaculation, et d’autres pour éviter les infections. D’autres astucieux s’en servent de lubrifiant pour faciliter la pénétration, de sorte que la bite de l’homme baise aisément le cul de son partenaire.

Existe-t-il une position idéale ?

Non. La meilleure position est celle où vous vous sentez tous deux à l’aise et détendus. Idéalement, ils ont tous deux envie d’expérimenter le sexe anal et sont tout à fait à l’aise avec le sujet. Cela dit, une consultation de vidéos porno pourra beaucoup vous inspirer. Les acteurs sont de tous les genres, les positions sont de toutes sortes. Dans la plupart des cas, la sodomie est réputée être mieux pratiquée avec un black, sûrement à cause de grosse bite qui ne procure que du plaisir à son partenaire. Il peut s’agir d’une femme mature, d’une jeune blonde, d’une MILF… Quoi qu’il en soit, une bonne position est toujours recommandée. La position sexuelle de base pour la sodomie est la plus normale, c’est d’avoir la femme à quatre pattes devant l’homme, et que ce dernier s’agenouille derrière elle afin de pouvoir effectuer la pénétration en touchant les seins de la femme. Attention : vous ne devez pas vous livrer à des pratiques sexuelles dans le seul but de satisfaire votre partenaire. Il est très important d’être sûr de vos souhaits et de vos désirs. S’il est pratiqué avec désir et conscience, le sexe anal a tout pour être une épice supplémentaire dans vos relations.