En ce qui concerne le fonctionnement du cycle menstruel de la femme, la règle est assez simple : l’absence de règles signifie une grossesse. Et pourtant, ce n’est pas toujours le cas. En effet, certaines futures mamans affirment avoir leur menstruation, même après s’être assuré qu’elles soient enceintes ce qui peut représenter un certain risque pour le bébé. Afin de ne pas paniquer et d’interpréter le phénomène, voici quelques bases à connaître pour comprendre ce qui vous arrive.

Comprendre le fonctionnement du cycle menstruel et la fécondation

À l’adolescence, les filles manifestent leur première règle, symbole de leur féminité et leur âge adulte, mais pas seulement. Ces menstruations indiquent également que la jeune fille peut être fécondée et ainsi tomber enceinte. Les saignements de menstruation arrivent généralement à 13 ans, voire plutôt, mais si elles ne se manifestent pas à 16 ans, il vaut mieux consulter un gynécologue. Ce praticien est d’ailleurs à consulter à chaque étape de la vie d’une femme depuis la puberté à la ménopause et surtout durant les périodes d’activité comme la grossesse.

Ces règles marquent donc le début du cycle menstruel de la femme, dont le but est de préparer l’utérus à accueillir un ovule fécondé. Pour ce faire, l’organe de reproduction génère l’endomètre, muqueuse recouvrant la cavité utérine. Ce tissu et l’ovule (s’il n’est pas fécondé) seront par la suite expulsés à l’extérieur de l’utérus, ce qui va produire un écoulement sanguin vaginal que l’on nomme les règles.

Dans le cas où il y a fécondation de l’ovule, l’endomètre servira à accueillir le fœtus et ne sera donc pas expulsé. C’est d’ailleurs pour cela que les règles n’arrivent pas lorsqu’on est enceinte ; la muqueuse utérine reste en place pour retenir l’embryon dans le ventre. En ce sens, l’écoulement de l’endomètre, c’est-à-dire l’apparition de saignements, indique un problème relatif à la gestation du fœtus.

Outre l’absence de règles, d’autres signes indiquant une grossesse sont à connaître notamment la fatigue constante, les nausées ou encore les changements physiologiques (sein qui durcit, hanche qui s’élargit…). Pensez également à faire un test de grossesse si vous présentez des douleurs ou un gonflement anormal de la poitrine. D’autres signes comme le mal de tête ou l’altération de l’odorat et du goût sont par ailleurs à considérer.

Les saignements au début de la gestation

Bien souvent, l’apparition de saignements durant une grossesse alarme sur un risque de fausse-couche toutefois, ces règles qui surviennent même après confirmation de la gestation peuvent être une réaction normale. Selon les chiffres, près de 25 % des femmes enceintes présentent encore ses règles durant le premier trimestre de grossesse. Ces légers saignements sont souvent inoffensifs, mais s’ils sont abondants et douloureux, contactez sans attendre votre gynécologue.

Les saignements qui surviennent en début de grossesse ne sont cependant pas les mêmes que les menstruations habituelles. Ces premiers que l’on confond souvent avec les règles diffèrent en effet par leur couleur, leur durée et leur consistance. Ils sont plus faibles, de courte durée et non réguliers.

Les causes de ces règles du premier trimestre sont souvent bénignes et n’entrainent aucun impact sur la gestation. Il peut par exemple s’agir de saignements « de nidation » occasionnés par la rupture de vaisseaux sanguins lors de l’implantation de l’œuf fécondé dans l’endomètre. Ici, vous constaterez plus des traces rosées ou marron que des règles. Mais parfois, les traces sont accompagnées de quelques douleurs ou d’une crampe.

Les règles anniversaires durant la grossesse

Quelques fois, les saignements arrivent quand même à la date prévue pour vos règles, mais ces derniers sont ce que l’on appelle les règles anniversaires ou métrorragies. C’est d’ailleurs à cause de cela que beaucoup de femmes doutent d’une éventuelle grossesse. Comme son appellation l’indique, ces « fausses » menstruations tombent le jour auquel vos règles doivent tomber, mais en réalité ce ne sont pas des ménorragies étant donné qu’il y a gestation et donc aucun endomètre à expulser. Que ces menstruations soient abondantes ou légères, elles sont différentes des saignements habituels. D’abord, les écoulements ne sont pas rouges, mais marron. De plus, ils ne durent pas plus de deux jours et souvent, ils sont moins intenses.

Ce phénomène est assez rare et sa cause n’est pas encore connue avec exactitude. Il peut s’agir d’un décollement du placenta, d’un bouleversement hormonal ou d’une lésion bénigne suite à un rapport sexuel dans tous les cas, les règles ne durent pas longtemps. Elles apparaissent en effet durant les quatre premières semaines et peuvent revenir quelques mois, mais disparaissent par la suite. Dans le cas contraire, une consultation sera impérative.

Pour différencier les règles anniversaires aux saignements liés à une fausse couche, plusieurs éléments sont à connaître. La consistance des pertes : si elles sont marron avec des caillots, il peut s’agir d’un risque. La douleur : dès que vous avez mal, mieux vaut contacter immédiatement un médecin. L’aspect et l’abondance : des saignements abondants avec une couleur sombre sont toujours alarmants

Si vous présentez des signes de grossesse comme les nausées ou les saignements rappelant les règles anniversaires, mais votre test est négatif, pensez à une analyse sanguine puisque les tests de grossesse ne sont pas toujours fiables au début d’une gestation.

Saignements et grossesse : comment réagir ?

Lorsque vous êtes enceinte et avez quand même vos règles, il convient de systématiquement consulter un praticien puisqu’il peut s’agir d’une complication de la grossesse : fausse-couche, grossesse extra-utérine ou grossesse môlaire. Dans ces cas précis, la gestation présente un risque et nécessite donc un traitement spécifique. Il peut même arriver qu’une intervention chirurgicale soit indispensable. Quoi qu’il en soit, la consultation d’un gynécologue s’avère essentielle.

Il vous fera d’ailleurs passer une série de tests qui confirmeront qu’il s’agit de règles anniversaires et donc sans risque. D’autres examens cliniques (palpation ou analyse du col) comme une échographie pelvienne et un dosage sanguin seront par ailleurs obligatoires pour vérifier le bon déroulement de la gestation.

Lorsque les menstruations sont diagnostiquées comme normales, le gynécologue pourra vous conseiller sur les gestes ou traitements à faire pour limiter les saignements, mais souvent, vous devrez attendre les premiers mois. Si les écoulements sont toutefois très abondants, profitez de ce rendez-vous pour demander quelles améliorations des habitudes alimentaires peuvent aider à compenser tout ce sans perdu.

Si les menstruations inquiètent lorsque la future maman est consciente de sa grossesse, elles peuvent toutefois rassurer certaines femmes lorsqu’elles ignorent être enceintes. C’est notamment le cas lors d’un déni de grossesse.

Le déni de grossesse : un cas à prendre en compte

Une autre cause pouvant expliquer les saignements pendant une gestation qui se déroule normalement c’est le déni de grossesse. Phénomène également inaccoutumé, il touche principalement les femmes qui refusent consciemment (ou inconsciemment) d’admettre être enceintes. Le déni psychique est souvent tellement fort que ces femmes pensent que leur organisme fonctionne normalement.

Les nausées sont ainsi absentes tout comme le ventre qui grossit ou encore l’absence de règles. Le cycle menstruel reste constant et régulier, les menstruations continuent alors d’arriver chaque mois, mais il s’agit de règles artificielles sans ovulation. Dans un cas de déni partiel, la grossesse est découverte après le premier trimestre, mais si le déni est total, c’est l’accouchement qui annoncera à la future maman la venue de son bébé.

Pour info, l’effet inverse est aussi possible. Les femmes qui souhaitent fortement tomber enceintes peuvent présenter les signes d’une grossesse comme l’absence de règles ou les nausées matinales, mais elles ne portent pas de bébé.