Peut-être que la progestérone n’est pas un nom commun pour vous. Mais sachez que c’est une hormone très importante dans la vie d’une femme, qui intervient dans son cycle menstruel et sa grossesse. Marcello Valle, médecin spécialisé en reproduction humaine et directeur de la clinique Origen, explique que la progestérone est produite dans les ovaires par le corps jaune, après l’ovulation, par les glandes surrénales et le placenta pendant la grossesse. La molécule de progestérone est dérivée du cholestérol. Elle participe à la préparation de l’endomètre pour la nidation (ou implantation de l’ovule fécondé dans la paroi de l’utérus) de l’embryon et le maintien de l’endomètre jusqu’à la fin de la grossesse. La progestérone exerce également son effet sur le mucus présent dans le col de l’utérus et le système nerveux, ajoute le médecin. Pour toutes ces raisons, la progestérone est considérée comme l’hormone qui soutient la grossesse. Par conséquent, des niveaux anormaux de celle-ci peuvent réduire considérablement les chances d’une femme de devenir enceinte. Sur les femmes enceintes, les douleurs pelviennes peuvent avoir leurs principales causes, mais également leurs traitements.

Le cycle menstruel et mécanisme de l’ovulation de la femme

La muqueuse utérine de la femme fait intervenir deux hormones principales, ce sont l’œstrogène et la progestérone. Il existe un lien important entre grossesse et progestérone. Pour comprendre le rôle important de la progestérone, il est également nécessaire de connaître les performances de l’hormone appelée œstrogène. Marcello Valle souligne que les deux s’appellent les hormones sexuelles. Dans le cycle menstruel, les œstrogènes participent plus activement aux 15 premiers jours (c’est-à-dire à la phase pré-ovulatoire) en épaississant l’endomètre. Après l’ovulation, le corps jaune commence à produire de la progestérone qui fera mûrir cet endomètre, favorisant ainsi la nidation. Si la fécondation n’a pas lieu, l’endomètre (couche interne de l’utérus) s’effondre et les vaisseaux qui l’irriguent saignent pendant quelques jours (menstruation). Puis l’hypothalamus (zone du cerveau) donne l’ordre de commencer le cycle menstruel suivant. Il convient de noter que les œstrogènes et la progestérone ne sont pas les seules hormones sexuelles capables d’influencer le comportement féminin, mais qu’elles sont les plus importantes. En général, on peut dire que l’action des œstrogènes (qui sont libérés dans la première moitié du cycle) est de préparer les rapports sexuels. Tandis que l’action de la progestérone, dans la seconde moitié, est d’assurer l’intégrité de la grossesse. Il y a une prédominance de la progestérone dans le comportement sexuel de la femme. Marcello Valle souligne que certaines études établissent un lien entre la progestérone et les symptômes dépressifs et les changements d’humeur. Au cours des deux semaines précédant les règles, toujours en raison de la prédominance de la progestérone, la peau de la femme devient moins brillante, il y a rétention d’eau, douleurs dans les seins, diminution de la lubrification vaginale, difficulté à atteindre l’orgasme, augmentation de l’appétit et de la température corporelle, entre autres changements.

La signification d’un faible taux de progestérone

Le lien entre grossesse et progestérone est qu’un taux faible en progestérone l’œuf ne peut pas faire la nidation. Si les niveaux de progestérone sont faibles, la paroi de l’utérus ne peut pas être bien préparée à la nidation. Et même si c’est le cas, un faible taux de progestérone peut contribuer à un avortement ou des fausses couches spontanées, une perte ovarienne ou un micro-avortement, et peut causer d’autres problèmes de santé chez la femme. Marcello Valle explique que les causes de la mauvaise production de progestérone ne sont pas bien clarifiées, mais il peut y avoir un lien avec une mauvaise alimentation et le stress, en plus des maladies anovulatoires ovarienne (c’est-à-dire lorsque la femme n’ovule pas correctement). Il est important de savoir comment traiter et éviter ce problème. Le spécialiste de la reproduction humaine souligne que certains des symptômes d’une faible progestérone, qui sont : le changement d’appétit, les sautes d’humeur, l’anxiété, l’irrégularité menstruelle, la perte de la libido et l’insomnie. Toujours selon Valle, le diagnostic peut être établi à partir des antécédents cliniques du patient et du dosage sanguin de la progestérone. Pour traiter les troubles de la progestérone, il existe plusieurs moyens. Marcello Valle explique que le traitement dépend de l’objectif du patient. Pour celles qui souhaitent devenir enceintes ou qui ont des irrégularités menstruelles, le remplacement des hormones peut être indiqué par des pilules, des crèmes ou des gels vaginaux. Vous connaissez maintenant le rôle important de la progestérone dans la vie d’une femme, surtout à partir du moment où elle décide de tomber enceinte. Tout cela renforce le fait qu’il est très important de toujours être à jour dans les rendez-vous avec votre gynécologue. Par exemples, en cas de problèmes de production de progestérone ou de tout autre problème pouvant affecter la grossesse. Le professionnel peut vous indiquer le meilleur traitement adéquat. Les informations données sont uniquement à titre d’information. Il n’est pas destiné à remplacer les conseils et le soutien des médecins, des nutritionnistes, des psychologues, des professionnels de l’éducation physique ou d’autres spécialistes.