Auparavant, les ménages utilisaient les techniques traditionnelles dans le contrôle des naissances. Il fallait déterminer sans grande précision les périodes ovulatoires. Le préservatif avait également connu une grande démocratisation. Ces dernières années, de nouveaux modes de contraception sont apparus. Il est désormais plus aisé de réguler la fécondation sans conséquence néfaste sur la fertilité. Pour ce faire, il existe différentes méthodes de contraception : stérilet, préservatif, pilule, etc. Les ménages  peuvent avoir l’esprit tranquille et prévoient sereinement le moment propice pour fonder une famille.  

En savoir plus sur les contraceptifs

Les micropilules contiennent les hormones œstrogènes et progestatives à faible dose et empêchent l’ovulation. L’erreur de prise la plus courante : la pilule est oubliée ou les vomissements ou la diarrhée empêchent son absorption par l’organisme. La prise d’autres médicaments, tels que les antibiotiques, peut également compromettre son efficacité. Les systèmes de délivrance d’hormones à faible dose de types anneau ou patch contraceptif fonctionnent de manière similaire à la micropilule (voir ci-dessous).

L’ingrédient actif est le progestatif désogestrel à un dosage qui inhibe la maturation de l’ovule ou l’ovulation. Cela signifie qu’elle a un effet similaire et qu’elle est aussi sûre que les micropilules, mais qu’il s’agit d’une minipilule. Cela s’explique par le fait que la dose d’hormones est encore faible. Comme toutes les minipilules, elle ne contient pas d’œstrogène. Il convient aux femmes, par exemple, qui ne tolèrent pas ou ne veulent pas utiliser de contraceptifs contenant des œstrogènes.

Ces minipilules contiennent du lévonorgestrel, un progestatif. La dose est encore plus faible que dans la minipilule de désogestrel. Ces préparations provoquent entre autres un épaississement du mucus du col de l’utérus, empêchant ainsi la fécondation de l’ovule. Ils n’inhibent pas l’ovulation. Avec les minipilules classiques, il est encore plus important qu’avec les autres pilules de les prendre chaque jour à la même heure. Il n’y a que trois heures maximum.

L’anneau en plastique libère des progestatifs et des œstrogènes. Il est inséré dans le vagin et y reste pendant trois semaines. Une semaine plus tard, la nouvelle bague est insérée. De petites quantités d’hormones pénètrent dans le sang directement par la paroi vaginale et non par le tube digestif comme c’est le cas avec la pilule. Ils inhibent l’ovulation. L’anneau vaginal est également efficace si la femme souffre de diarrhée ou de vomissements. Avec la pilule, en revanche, l’effet peut être altéré dans de tels cas. L’anneau peut perdre son efficacité s’il est resté plus de trois heures à l’extérieur du vagin.

Le stérilet hormonal est fabriqué en plastique souple et libère l’hormone progestative directement dans l’utérus. L’effet contraceptif est principalement basé sur les changements locaux dans l’utérus et les effets sur les spermatozoïdes. L’une des deux versions plus petites (avec la dose d’hormones la plus faible) a une période d’application maximale de trois ans. Les deux autres bobines d’hormones peuvent rester « actives » dans l’utérus pendant cinq ans au maximum. Les stérilets font partie des contraceptifs à longue durée d’action. Les effets secondaires des hormones peuvent être importants.

Les patchs contraceptifs fonctionnent également en libérant des hormones – cette fois-ci à travers la peau – et doivent être changés une fois par semaine. La diarrhée et les vomissements n’affectent pas la sécurité. Cependant, le patch peut se détacher. Une irritation de la peau est également possible, ainsi que des effets secondaires dus aux hormones qu’elle contient (combinaison oestrogène-progestine).

L’utilisation contrôlée d’hormone

Les implants hormonaux ne contiennent que de la progestine. Les petites quantités d’hormones libérées inhibent principalement l’ovulation et épaississent la glaire cervicale. Leur indice de Pearl est très bas, car il n’y a aucune possibilité de les prendre incorrectement. L’implant fait également partie des contraceptifs à longue durée d’action (ici : hormonaux). Il est placé sous la peau lors d’une petite intervention et y reste normalement pendant trois ans. Il convient donc aux femmes qui ne veulent pas avoir d’enfant à moyen terme.

L’injection en dépôt ne convient en fait qu’aux femmes qui ne tolèrent pas d’autres méthodes contraceptives ou qui ne peuvent pas utiliser de pilules contraceptives. L’ingrédient actif est l’hormone progestative. Il est injecté dans le muscle fessier ou du bras tous les trois mois. Avec cette méthode, également, il n’y a aucun risque de la prendre incorrectement. La diarrhée et les vomissements ne limitent pas la sécurité. Mais : si la dernière injection a eu lieu il y a plus de 13 semaines, la protection contraceptive n’est plus sûre. Sous l’influence de l’injection de trois mois, la densité osseuse diminue parfois, ce qui peut favoriser l’ostéoporose.

Comme le stérilet hormonal, le stérilet en cuivre est également en plastique. Son arbre est enveloppé d’un fil de cuivre. Sous l’influence des ions de cuivre, le mucus du col de l’utérus et de l’utérus se modifie de sorte que les spermatozoïdes ne peuvent plus atteindre l’ovule ; l’implantation d’un ovule encore fécondé est inhibée. La spirale de cuivre (éventuellement aussi avec une teneur en or ou en argent) ne contient pas d’hormones, les erreurs d’application sont pratiquement impossibles. Selon le modèle, elle peut avoir un effet contraceptif pendant une période allant jusqu’à dix ans.

La chaîne du cuivre est une évolution de la spirale du cuivre et a un effet similaire. Comme il n’a pas de cadre fixe, il s’adapte bien à l’utérus.

Quelle méthode vous convient le mieux?

Bien que les préservatifs ne soient pas aussi sûrs que la pilule, le stérilet est le moyen de contraception le plus efficace et sûr. Le diaphragme classique ou le capuchon contraceptif doit être ajusté de façon experte et s’adapter exactement au col de l’utérus. La femme apprend à insérer correctement un tel pessaire vaginal et à en vérifier l’ajustement. Les pessaires sont toujours combinés avec un gel contraceptif. Les méthodes sont sans hormones. La sécurité se tient et tombe avec la bonne application. Si le pessaire glisse, par exemple, il n’offre plus de protection. Dans les pharmacies, par exemple, il existe désormais aussi un diaphragme de taille standard.

Les agents paralysant ou tuant le sperme (spermicides), par exemple sous forme de suppositoires vaginaux (ovules), ne sont pas très sûrs lorsqu’ils sont utilisés seuls. En combinaison avec un diaphragme ou un capuchon contraceptif, la sécurité augmente. Cependant, veuillez suivre attentivement le mode d’emploi. Certains contraceptifs chimiques peuvent réduire la sécurité des préservatifs.

L’accent est mis sur la méthode de la température et la méthode Billings pour déterminer le mucus du col de l’utérus. Ces deux méthodes sont combinées dans le cadre de la méthode dite symptothermique. C’est une méthode importante dans le cadre du planning familial naturel. Il existe également des aides électroniques modernes telles que des petits ordinateurs et diverses applications.

Les femmes qui ne veulent manifestement pas avoir d’enfant dans la phase actuelle de leur vie doivent choisir une méthode contraceptive offrant une bonne sécurité. Aucune femme qui ne veut pas tomber enceinte ne devrait avoir recours à la contraception uniquement pendant les « jours fertiles ».

Sécurité contraceptive, conditions de vie, tolérance, restrictions sanitaires : Les exigences relatives à une méthode contraceptive varient considérablement d’une femme à l’autre et peuvent changer au cours de la vie. Des soins appropriés sont particulièrement importants dans le cas de méthodes qui peuvent entraîner des erreurs d’application. Rappelez-vous toujours les examens recommandés par votre gynécologue.

L’échec de la contraception ? Que faire en cas d’urgence ?

Si une femme craint de tomber enceinte involontairement, si elle utilise un contraceptif, elle doit immédiatement consulter la notice (notice imprimée, en ligne) pour savoir quoi faire. La pilule du lendemain peut prévenir une grossesse non désirée. Pour fonctionner correctement, il doit être pris le plus tôt possible après un rapport sexuel non protégé (voir le lien « Contraception d’urgence » ci-dessous).

Une autre possibilité est la spirale qui suit (insérée dans l’utérus par le gynécologue). Si une personne concernée souhaite envisager cette option, qui permet également une contraception ultérieure, elle doit contacter son gynécologue dès que possible. La pilule du lendemain est (également) disponible sans ordonnance dans les pharmacies.

Attention : les femmes jusqu’à leur 20e anniversaire peuvent recevoir gratuitement un médicament correspondant sur ordonnance (de 18 à 20 ans avec paiement d’un supplément). Un avis médical en cas de grossesse non désirée présumée peut donc être utile, notamment s’il existe une incertitude quant à la contraception d’urgence en raison d’éventuels problèmes de santé. Vous pouvez en savoir plus sur les méthodes de contraception d’urgence « pilule du lendemain » et « contraception d’urgence » dans la galerie de photos ci-dessus et dans l’article « Contraception d’urgence ».