Une enquête menée par l’Observatoire régional de la santé auprès des établissements scolaires et mutuelles étudiantes démontre qu’une plus grande majorité de jeunes étudiants breton, soit près de 60% se disent informer sur les moyens de contraception. Deux tiers confient que la protection est de mise lors de leurs relations sexuelle. Résultat plutôt encourageant mais qui peut encore s’améliorer.

Les campagnes de sensibilisation ont un impact positif chez les jeunes Bretons. Toutefois, le degré d’information sur la protection sexuelle varie en fonction de l’âge. Les plus de 18 ans (+72%) sont encore plus informés que ceux âgés de 14 ans (36%). L’usage de la contraception est encore plus répandu chez les jeunes bretons que chez les étudiants Français. En 2007, 73% des universitaires en première année d’étude avouent avoir eu recours à un moyen contraceptif contre seulement 63% chez les étudiants Français.

La méthode contraceptive la plus utilisée chez les filles en première année d’étude reste la pilule contraceptive, avec un taux enregistré à 82%. Chez les garçons, le préservatif reste le plus utilisé et 80% déclarent d’ailleurs qu’il est primordial à chaque rapport sexuel.

Encore du progrès pour l’usage de la contraception

Malgré ce progrès, certains lycéens, collégiens ou universitaires ont toujours recours à la contraception d’urgence ou à la pilule du lendemain, en raison d’un oubli de pilule ou par accident. Pour les encourager à utiliser la contraception, les infirmières des écoles jouent un rôle prépondérant. En 2009-2010, 83% des étudiants se sont vu délivrer pilule ou préservatif par l’infirmière scolaire.