La période réfractaire, communément connue comme la période durant laquelle les hommes n’arrivent plus à avoir de l’orgasme pendant certains temps après une ou plusieurs éjaculations. C’est un phénomène normal et naturel qui peut parfois provoquer un mal-être chez la gent masculine. Dans le domaine de la physiologie, il s’agit notamment d’une période de repos d’un système organique. Mais que signifie exactement la période réfractaire ? Quels sont les différents types de preiode refractaire psychologique ?

Période réfractaire : définition

Dans le domaine de la médecine, plus précisément dans la branche de la physiologie, la période réfractaire se définit comme la durée nécessaire pour que l’organisme excitable chez un être vivant regagne de sa phase de repos. Théoriquement, il s’agit de la période durant laquelle une membrane, un neurone, un organe ou une cellule excitable résiste temporairement à l’excitation et à la restimulation externe. Dans la science qui étudie la pratique sexuelle, le terme peut également être utilisé dans l’étude du fonctionnement de l’appareil génital masculin et ses capacités à satisfaire les femmes. Pendant la période réfractaire, le système organique qui forme l’organe génital est incapable de refaire l’action de stimulation ou d’excitation du début jusqu’à la fin de l’état de repos. Pour les éventuelles actions électrochimiques au niveau de l’organisme, comme le système nerveux et les cellules musculaires, la période de repos est expliquée suivant deux manières distinctes. À travers les études menées sur ce temps de pause du système organique, les scientifiques en physiologies ont pu déterminer deux types de période différents à savoir la période réfractaire absolue ou effective et la période réfractaire relative.

La période réfractaire absolue ou effective

La période réfractaire effective ou absolue est définie comme la première période d’une « puissante action » également appelée essor électrique nerveuse. Pendant une fraction de milliseconde, après avoir dépassé la puissance maximale de la membrane d’un neurone, le système organique ne répond plus à toute forme de stimulus, peu importe leur potentiel. Dans la physiologie, ce temps de pause fait généralement référence à une période réfractaire absolue. Dans l’orgasme masculin, les neurones et les cellules de l’appareil génital ne réagissent pas à toute forme d’action. Durant ce temps, l’homme ne parvient pas à restimuler pour la seconde fois le système organique permettant d’atteindre la force d’action. Cela signifie alors qu’indépendamment du potentiel du stimulus, un groupe de cellules et des neurones se voient incapables de répondre. La durée de la période réfractaire effective ou absolue dépend également de l’âge et de la force de la personne concernée. Chez les hommes âgés de plus de 40 ans, elle est nettement plus élevée. La dépendance ou l’addiction aux différentes substances aphrodisiaques peut également affecter la période réfractaire effective.

La période réfractaire relative

La période réfractaire dite relative fait référence au temps qui vient après la période réfractaire effective ou absolue. À la différence de cette dernière, dans la période relative, il y a la possibilité de commencer une seconde potentielle action. Toutefois, cela n’arrive qu’à un certain niveau du second stimulus. Dans la majorité des cas, durant la période réfractaire relative, un fort niveau de stimulus est indispensable pour enclencher une seconde capacité d’action. Cette période comprend aussi quelques fractions de millisecondes après la période effective. À ce moment, le tissu des neurones se centralise à nouveau et la force de la membrane qui se trouve au repos se rétablit petit à petit. Pour information, durant la période réfractaire relative, le système organique ne répond qu’à une re-stimulation et re-excitation très vigoureuse. Seuls les stimuli intenses peuvent en effet provoquer une puissance d’action pendant un instant précis de la réfractaire relative en même temps que le rétablissement du tissu nerveux se produit. Pour la vie de couple, la période réfractaire relative exige ainsi un maximum de concentration dans l’acte sexuel. Le but étant de pouvoir atteindre le seuil potentiel du second stimulus. Dans certains cas, la consommation des produits pharmaceutiques aphrodisiaques affecte la période réfractaire relative chez les hommes.

La période réfractaire : une étape ordinaire de la sexualité masculine

La période réfractaire est une étape normale dans la sexualité des hommes. Si les femmes peuvent avoir des multi orgasmique et en même temps des excitations à plusieurs reprises pendant un acte sexuel, celui des hommes n’arrive pas à atteindre ce stade. Même s’ils ont la grande volonté de continuer l’action, l’excitation ne vient généralement plus après l’éjaculation. Cette dernière déclenche rapidement la période réfractaire absolue suivie par la suite de la période réfractaire relative. En revanche, la durée de ces deux périodes varie d’un homme à un autre. Pour les jeunes de moins de 20 ans, ce moment de relâchement de la libido dure au moins 5 minutes. Par contre, pour les hommes de plus de 65 ans, la période réfractaire peut s’étaler en une journée. Effectivement, la durée de la période réfractaire absolue et relative augmente avec l’âge. Elle dépend également de nombreux facteurs externes comme le type de relation sexuelle, l’état de santé, l’état émotionnel, la condition physique, la fréquence des éjaculations et l’intensité des orgasmes chez l’homme. Quoi qu’il en soit, les deux périodes réfractaires peuvent être provoquées par la sécrétion des hormones, des médiateurs chimiques dans l’organisme. Les hormones Prolactine et Endomorphine sont libérées après l’éjaculation pour endormir l’excitation et la libido. Ces derniers qui favorisent l’envie de recommencer le désir amoureux. La forte présence de ces hormones spécifiques explique également la régression de l’excitation. Par conséquent, les hommes éjaculent plus lentement pendant le second acte sexuel, c’est-à-dire après la période réfractaire.

La période réfractaire absolue et relative au niveau des cellules nerveuses

Au niveau de la fonction nerveuse, les degrés appropriés de sodium et de potassium circulent en utilisant les forces d’action engendrées par les diversités de stress provoqués par la manifestation des ions chargés. En effet, la période réfractaire absolue désigne la durée qui suit instantanément l’influx des ions sodium chargé positif dans les cellules nerveuses en répondant à une excitation donnée, diminuant directement la charge négative des ions dans la cellule. De ce fait, les canaux pour les déplacements des ions sont fermés et ne se relanceront pas tant que les cellules au niveau du système organique ne seront pas à nouveau polarisées. C’est la raison pour laquelle il est impossible de stimuler un potentiel d’action pendant la période réfractaire absolue. Après une fraction de millisecondes suivant la période réfractaire effective, les cellules nerveuses entrent directement dans l’intervalle de temps pour une réfractaire relative. Cette période est caractérisée par un mouvement d’ion potassium pendant que les cellules tentent de se réactiver en relançant le niveau électrochimique à travers la membrane cellulaire. Bien que les tubes sodiques voltage soient encore enfermés, une excitation suffisamment forte peut provoquer rapidement la réouverture des tubes, créant ainsi un deuxième potentiel d’action. Pour pouvoir refaire un rapport sexuel quelques minutes après l’ejaculation, les hommes doivent attendre alors la fin de la période réfractaire effective, dans l’espoir de se procurer par la suite d’un certain niveau de stimulus pendant la période réfractaire relative. Pour s’en procurer un niveau d’excitation assez élevé permettant de polariser de nouveau les cellules nerveuses, certains hommes choisissent de prendre des substances stimulantes. À ce propos, il est conseillé de consulter d’abord un médecin spécialiste afin de connaître les substances qui conviennent le mieux à l’état et à la morphologie du corps.