Aujourd’hui, plusieurs femmes choisissent de procéder à la contraception à longue durée d’action. La méthode contraceptive à l’implant est l’une d’entre elles. D’après les recherches scientifiques, l’implant contraceptif donne une efficacité jusqu’à 99,9 %. S’il n’est pas efficace, le 0,1 % restant peut être dû aux mauvaises manipulations. Les femmes peuvent garder cet implant jusqu’à 3 ans afin d’empêcher l’ovulation en toutes circonstances. Le médecin peut prescrire l’implant aux femmes qui n’ont pas le droit de recourir au DIU, au dispositif intra-utérin ou au contraceptif estroprogestatif. L’implant contraceptif est aussi fait pour les femmes qui ont tendance à oublier d’avaler leur pilule. Cependant, si vous avez de l’embolie pulmonaire, des saignements vaginaux inexpliqués, la phlébite ou des tumeurs sensibles aux hormones sexuelles, l’implant contraceptif est totalement contre-indiqué. En tous cas, il est discret et efficace à longue durée. Si vous êtes décidée et vous voulez appliquer l’implant contraceptif sur votre corps, découvrez dans cet article de quoi il s’agit, son fonctionnement et ses effets.

C’est quoi l’implant contraceptif ?

Une méthode contraceptive hormonale, l’implant est un bâtonnet en forme de cylindre avec une longueur de 4 cm et de diamètre de 2 mm, exactement comme une taille d’allumette. En principe, les médecins ou les sages-femmes insèrent le petit bâtonnet sous la peau du bras. L’opération ne dure que quelques minutes et se fait simplement sous anesthésie locale. Une fois que l’opération est terminée et l’implant est en place, il ne se fait plus sentir et ne se voit plus. Son efficacité se prolonge jusqu’à 3 ans durant lesquels vous pourrez profiter de cet avantage. Peu importe le moment, l’implant peut être retiré quand vous le voulez. Pour prouver son efficacité, l’agence du médicament demande aux porteuses de l’implant de le vérifier deux fois par mois. Une palpation délicate est nécessaire pour effectuer ce contrôle chez le médecin ou sage-femme. Le médecin vérifie à son tour si la femme porteuse se sent bien et que l’implant est toujours à l’endroit de sa pose initiale. Dans le cas contraire, la porteuse doit faire une consultation immédiate afin d’éviter les contraintes. Ses principes reposent sur l’inhibition de l’ovulation en supprimant le pic de l’hormone responsable de l’ovulation. Il favorise aussi l’épaississement de la glaire cervicale afin de limiter la circulation des spermatozoïdes dans l’utérus. De plus, un amincissement de la muqueuse utérine a lieu une fois que l’implant est inséré. En effet, cela empêche une fixation d’éventuel œuf dans l’utérus.

L’implant contraceptif est-il vraiment efficace ?

En 2001, l’implant contraceptif a fait l’objet d’une vaste étude internationale afin de prouver son efficacité. Le programme d’étude est porté sur 17 essais cliniques avec l’implant Nexplanon d’un laboratoire qui existe en France. Sur plus de 73 000 cycles, aucune grossesse n’eut lieu. Vu que l’efficacité est maximale, beaucoup de médecins le prescrivent aux femmes. On constate que l’efficacité dure 3 années successives. Dès les 24 premières qui suivent la pose, il fait son effet à la femme porteuse. Néanmoins, vous devez savoir que toutes les méthodes contraceptives ne sont pas efficaces à 100 %. Pour l’implant contraceptif nexplanon, les dernières données montrent qu’il est efficace à 99,9 %. Par contre, il faut noter qu’il existe des médicaments qui suppriment l’effet de ce type de contraception. Les médicaments qui traitent la tuberculose, l’épilepsie et certaines maladies infectieuses peuvent supprimer l’effet d’un implant contraceptif. Il y aussi les médicaments faits à base de millepertuis, qui traitent l’état dépressif, et peuvent nuire à l’effet de l’implant. En plus de vous protéger et de vous empêcher d’être enceinte pendant 3 ans, l’effet d’un implant contraceptif est rapidement réversible. Après 3 semaines de retrait, le retour à la fertilité de la femme intervient.

Quels sont les effets secondaires ?

Même si l’implant contraceptif est efficace, il peut être à l’origine de quelques effets secondaires. La réaction de la contraception hormonale est variable chez les femmes. La diffusion en continu d’hormones progestérones dans le corps d’une femme provoque un déséquilibre hormonal qui peut rendre la femme très gourmande. Avoir l’appétit et le risque de prendre du poids sont des effets indésirables de l’implant. Si vous avez plus de 90 kilos, il est préférable de faire un nouvel implant et de retirer l’ancien au bout de 24 mois. Chez certaines femmes, l’implant peut entraîner d’importants boutons et acnés. Ainsi, il influe sur le flux des menstruations féminines. Cela peut s’agir de règles menstruelles moins fréquentes, plus longues ou plus courtes que d’habitude. Notez qu’il se peut que de légers saignements surviennent lors de 6 premiers mois après l’opération de pose de l’implant. Pendant ces quelques mois, le progestatif rend plus fragile et plus mince votre utérus. De ce fait, votre paroi interne de l’endomètre saigne, ce qui peut vous gêner et provoquer de la fatigue. Si ces effets secondaires sont fréquents, il vaut mieux consulter votre médecin ou votre gynécologue.

Comment faire la pose d’un implant contraceptif ?

Pour que la pose d’un implant contraceptif marche à merveille, il faut faire l’opération sous anesthésie locale. Un médecin, un gynécologue et une sage-femme sont les membres du personnel de santé qualifiés pour cette tâche. Une heure avant la pose de l’implant, un patch ou une crème anesthésique doit être appliquée sur la peau du bras de la femme. C’est mieux que vous montriez au praticien le bras non-dominant, car cela est plus pratique. Ensuite, il faut que vous vous allongiez sur le dos afin de faciliter l’insertion de votre implant. Au-dessus du pli du coude, le professionnel de santé insère l’implant contraceptif sous la peau de votre bras à l’aide d’une aiguille. En général, il ne fait pas mal et il est vraiment rapide. Il ne montre son action qu’après 24 h après la pose. Dans ce cas, c’est idéal d’utiliser d’autres moyens contraceptifs afin d’éviter une éventuelle grossesse. Un préservatif est à conseiller lors des 15 premiers jours après la pose de l’implant. Après 3 mois de pose d’implant, n’oubliez pas d’effectuer une visite chez le gynécologue pour contrôler que l’implant est toujours à sa place et ne se perd pas dans l’organisme. Ce suivi médical est nécessaire, mais en principe, l’implant ne nécessite pas vraiment de contrôle particulier.

Comment extraire l’implant contraceptif ?

De la même façon que la pose, le retrait d’un implant contraceptif s’effectue sous anesthésie locale par un gynécologue, un médecin ou une sage-femme. L’anesthésie locale diminue la transmission des influx nerveux dans le corps, et c’est à ce stade-là que le professionnel de santé effectue la petite opération. Si vous êtes bien installée sur le dos et que la crème ou le patch anesthésique est fait avant une heure de l’opération, le retrait peut commencer. Votre médecin, votre gynécologue ou votre sage-femme fait une minuscule incision à l’aide d’une lame sur la surface ou au-dessus de votre implant. Puis, il retire le petit cylindre par une pince qui convient à la taille d’incision. Soyez consciente que le retrait d’un implant contraceptif est rapide, simple et indolore, même s’il vous laisse une petite cicatrice. Il ne dure que 3 minutes 30 en moyenne. D’autres effets secondaires, comme des nausées ou vomissements, peuvent se passer après l’intervention. Si cela vous arrive, n’hésitez pas à retourner rapidement chez votre médecin et à faire une consultation. Si vous envisagez de renouveler l’implant, c’est pratique d’insérer un nouveau à la place de ce que vous avez retiré.