Le nombre de cas de pédophilie et d’inceste en hausse, les vacances en colonie peuvent être un réel sujet d’inquiétude pour les parents. Sans garde parentale, il est important d’aborder ce sujet avec l’enfant. Martine Brousse, déléguée générale de l’association La Voix de l’enfant explique aux parents comment s’y prendre.

Faut-il parler directement de pédophilie ?

À un plus petit, les parents utiliseront le terme « messieurs » pour expliquer que ces derniers considèrent les enfants comme des adultes mais qu’ils n’en ont aucunement le droit.  Lors des jeux ou avant le départ au camp, les parents peuvent en parler avec leurs bambins.

La pédophilie doit être abordée avant le départ dans une colonie de vacances

Toutefois, cette démarche ne s’arrête pas ici.  Pour forcer l’enfant à garder le silence, le pédophile dit couramment à l’enfant que «c’est un secret ».  Or, pour dissiper tout sentiment de secret, il est recommandé que l’enfant assiste à la réunion préparatoire au camp au moment où ce problème est évoqué.  Il en est de même pour la rentrée scolaire, notamment avec la direction, les enseignants et les enfants.

Recommandez-lui la prudence

Lorsqu’il traverse, fait du vélo, prend son bain ou se met au lit, il faut le mettre en garde contre les gens pouvant l’importuner.  Il faut bien lui faire comprendre que si une telle chose se produit, il doit en parler et qu’il n’est en aucun cas responsable.

Il faut que l’enfant comprenne qu’hormis ses parents, personne n’a le droit de toucher à son corps.  Qu’il apprenne donc le plus tôt à se laver tout seul.