Dans plusieurs pays y compris la France, la pilule s’affiche sur la liste des formes de contraception les plus utilisées. Elle permet d’éviter les grossesses indésirables et de réguler les cycles menstruels. La pilule se décline en plusieurs formules. Toutefois, sachez qu’elle n’est pas sans risque pour la santé.

Les effets indésirables indiqués sur les notices

Parmi les effets indésirables occasionnés par la pilule, il y a le spotting. Cela se traduit par de légers saignements. Ces derniers ont souvent lieu au cours des premiers mois de prise de pilule et en dehors des périodes de règles. Ils peuvent s’accompagner de pertes et de douleurs vaginales. La nausée est également un cas fréquent. Elle peut se dissiper lorsque l’organisme se familiarise avec cette forme de contraception. Les maux de tête sont aussi des effets indésirables de la pilule. Ils touchent surtout les femmes qui ont une sensibilité élevée aux migraines. Pour principe de prudence, il est recommandé de consulter un spécialiste de santé avant de prendre telle ou telle pilule. La prise de pilule peut également engendrer des douleurs ou lourdeurs mammaires. Cela est souvent dû à l’abondance d’œstrogènes. Ces hormones déclenchent généralement des douleurs au niveau des seins. La prise de cette formule contraceptive entraîne aussi la sècheresse vaginale. Étant donné que la pilule agit sur l’action de la testostérone, elle fait diminuer la libido. Par conséquent, la femme rencontre une baisse de la lubrification sexuelle, ce qui favorise la sècheresse vaginale. Dans certains cas, la pilule pourrait provoquer des acnés. Cela est surtout dû à la présence des composants qui limitent la production de sébum par l’organisme.

Les risques probables sur la santé

En fonction de la composition de la pilule ou du prolongement de prise, elle peut présenter plusieurs des dangers pour la santé. En premier, on note le risque d’accident vasculaire cérébral. Cela touche surtout les femmes âgées de plus de 35 ans et la population fumeuse. Ce risque est aussi élevé chez les personnes souffrant de diabète, d’obésité ou rencontrant des problèmes de tension artérielle. On note également le risque de thrombose veineuse. Ce danger touche surtout celles qui ont une anomalie de l’hémostase. Les femmes allaitantes ou qui ont subit une opération sont aussi exposées à ce risque. Celui-ci est pourtant fréquent avec les pilules de dernière génération en raison de la présence de désogestrel ou de drospirénone. Les risques de maladies cancérigènes sont aussi des effets négatifs de la prise de pilule. Cette dernière serait un facteur du cancer du sein ou de tumeurs bénignes mammaires. Les risques de cancer du col d’utérus et du foie augmentent également avec la consommation de pilule. Le tabagisme associé à la prise de cette forme de contraception favorise amplement la formation de maladies cancérigènes. Des constats ont révélé que les femmes fumeuses qui prennent la pilule sont plus exposées à de tels risques.

La prise de poids et les changements d’humeur

Certaines personnes affirment que les pilules font grossir. La prise prolongée de ces formules déclenche la prise de poids. En réalité, cela favorise les grignotages entre les repas, la rétention d’eau tout en stimulant l’appétit. D’ailleurs, cet effet indésirable est indiqué sur les notices de certaines pilules. Certaines femmes rencontrent aussi des changements d’humeur ont prenant des pilules. Bien que le pourcentage soit faible, cela a quand même été constaté après des essais cliniques.

Des informations complémentaires sur la pilule contraceptive. Les contre-indications

En France, neuf femmes sexuellement actives sur dix prennent de la pilule contraceptive. Si celle-ci est bien utilisée, elle permet efficacement d’éviter les grossesses. L’action n’est pas la même pour tous les types de pilule. Certains pourvoient des résultats en seulement trois jours, tandis que d’autres n’agissent qu’après cinq jours. En général, les pilules sont à consommer tous les jours. Les formules à base de progestérone sont à prendre à la même heure au risque de ne pas tomber enceinte. Sachez toutefois que certains médicaments qui contiennent des antifongiques naturels peuvent altérer l’efficacité des pilules. Ainsi, à chaque prescription médicale, faites-en le point avec votre médecin. Après l’accouchement, la prise de pilule risque de diminuer la lactation. Ainsi, si vous allaitez, attendez au moins 6 semaines avant d’appliquer cette méthode de contraception.

Certaines personnes ne peuvent prendre des pilules en raison de leur état de santé. La consultation d’un médecin est donc recommandée avant l’utilisation de cette solution contraceptive. Les pilules à base d’œstrogènes, en particulier, sont contre-indiquées chez plusieurs personnes, notamment celles qui souffrent de problèmes de coagulation, les femmes qui étaient victimes de cancer du sein, de maladies cardiaques et les fumeuses. Les pilules à base de progestérone sont les solutions les plus adaptées certains individus. Rarement, des personnes qui prennent de la pilule peuvent tomber enceinte. Dans ce cas, tout de suite consulter un médecin. Ce dernier recommandera sans doute d’arrêter la prise de pilule.