Selon des études anthropologiques faites par Verrier Elwin, il existe des lieux conçus dans le seul but d’initier les adolescents à la sexualité. Cette pratique est courante chez les Murias, une population aborigène en Inde et vise à donner aux adolescents, un avant-goût de la vie d’adulte.

Le rapport sexuel est sacré

Chez les aborigènes indiens, les adolescents sont amenés à dormir dans des dortoirs collectifs. Ils apprennent à vivre en communauté, à faire de l’agriculture et surtout à connaître la sexualité avant de se marier. Ces adolescents sont réunis le soir autour d’un feu pour prendre du bon temps, par la suite, le chef des camps qui est un adulte, désigne qui va coucher avec qui. Les jeunes ne doivent pas avoir le même partenaire pendant plus de trois jours. Le but c’est qu’ils apprennent les pratiques sexuelles, et que l’amour est réservé aux adultes. A la fin de cette expérience, les jeunes doivent se rendre compte que le sexe est sacré, que la liberté sexuelle prime, et les relations sexuelles ne sont pas liées à la culpabilité ni au péché.

Plusieurs partenaires comme moyen de contraception

Il a été prouvé qu’il n’y a pas d’inceste ni de prostitution chez ces aborigènes. De plus, les jeunes filles ne tombent pas enceintes malgré l’absence des méthodes contraceptives. Verrier Elwin a conclu que le taux élevé de partenaires sexuels agit comme un contraceptif.