La pilule contraceptive est un moyen très fiable dont l’efficacité est évaluée à 99,7%. A condition d’être correctement prise et jamais oubliée. Lorsqu’un oubli survient, inutile de paniquer : il faut agir vite et bien. Selon le type de pilule, la marche à suivre est différente. Les oublis de pilule restent les principales causes d’échec de la contraception orale. Pour éviter une grossesse non désirée, mieux vaut prévoir cet incident. Attention, les règles sont précises et variables selon les pilules. Un oubli n’est pas une catastrophe, pour peu que l’on sache quelle conduite adopter. Dès la prescription de la première boîte, il est très important de noter les précautions à prendre face à cette éventualité. Tout est une question d’heures, mais aussi de pilules. 

Si l’oubli est inférieur à 12 heures

Il faut prendre immédiatement la pilule oubliée et prendre la suivant à l’heure habituelle (2 comprimés peuvent être pris le même jour). Il n’y a pas de risque de grossesse si le retard reste inférieur à 12 heures. Il faut utiliser une contraception locale pendant au minimum les 10 jours suivants. En cas de rapport non protégé dans les 24 heures suivant un oubli de plus de trois heures, il faut prendre une contraception d’urgence. En revanche, cette contraception d’urgence n’est pas nécessaire en cas de rapport dans les jours précédant l’oubli puisque ces pilules progestatives agissent essentiellement en rendant la glaire cervicale imperméable aux spermatozoïdes.  En cas d’oubli de moins de 12 heures d’une pilule oestro-progestative ou microprogestative à base de désogestrel, ou de moins de 3 heures s’il s’agit d’une pilule microprogestative à base de lévonorgestrel, on conseille de prendre le comprimé d’emblée, même si deux comprimés sont pris le même jour, puis de poursuivre la plaquette normalement.

Si l’oubli est supérieur à 12 heures

Prendre immédiatement le dernier comprimé oublié et prendre la suivante à l’heure habituelle. Si plusieurs pilules ont été oubliées, il faut prendre immédiatement les deux derniers comprimés, jeter les autres pilules oubliées, puis continuer la plaquette. Il est par ailleurs indispensable d’utiliser en plus une contraception locale (préservatif) pendant les sept jours suivants ; ce sont les oublis les plus proches de la semaine d’interruption (début ou fin de plaquette), qui entraînent les risques les plus élevés d’ovulation. Un risque de grossesse existe. Prenez le comprimé oublié dès que vous constatez l’oubli et le comprimé du jour comme d’habitude puis continuez votre plaquette normalement jusqu’à la fin du cycle. Attention, si un rapport sexuel a eu lieu dans les 3 jours qui ont précédé l’oubli, il vous faut consulter un médecin ou un pharmacien pour recourir à la contraception d’urgence. En cas d’oubli de plus de 12 heures d’une pilule oestro-progestative ou microdosée à base de désorgestrel ou d’oubli de plus de 3 heures d’une pilule microdosée à base de lévonorgestrel, on conseille de prendre le comprimé oublié même si 2 pilules sont prises le même jour; continuer sa plaquette de façon normale, à l’heure habituelle; prendre une pilule du lendemain s’il y a eu un rapport dans les 5 jours précédant l’oubli ou si 2 oublis ont eu lieu sur la même plaquette . Si la pilule contient 21 comprimés, si l’oubli concerne l’un des 7 derniers comprimés, il est recommandé d’enchaîner 2 plaquettes, en sautant la semaine sans comprimés. Si la pilule contient 28 comprimés, avec 4 à 7 comprimés inactifs de couleur différente, il convient de jeter les comprimés inactifs et de commencer une nouvelle plaquette. Dans tous les cas, en cas de retard de règles, de règles qui semblent différentes des règles habituelles, ou d’autres symptômes seins sensibles par exemple, un test de grossesse doit être réalisé 21 jours après l’oubli. Il peut être se positiver plus tôt  au bout de 15 jours, mais le risque de faux négatif est plus grand.

En cas de rapport non protégé dans les 72 heures

En cas de rapports non protégés dans les 72 heures précédant l’oubli, il est recommandé de prendre une contraception d’urgence : la pilule du lendemain, car les spermatozoïdes peuvent vivre jusqu’à cinq jours dans les voies génitales de la femme. Pour vous rassurer, il est possible de réaliser un test de grossesse trois semaines après la date de l’oubli. Sachez également que vous vous êtes exposée au risque de contracter une infection sexuellement transmissible, il est donc conseillé selon votre situation de passer un test de dépistage des IST.  Il faut bien sûr également utiliser un autre moyen de contraception pendant 7 jours si l’oubli est supérieur à 12 heures, surtout si l’oubli est survenu en début ou fin de plaquette. Si vous oubliez trop souvent de prendre la pilule contraceptive, pensez à demander à votre gynécologue d’utiliser des méthodes de contraception à long terme, telles que les implants, le stérilet en cuivre et le système intra-utérin. Cependant, le retard ne doit pas devenir une habitude, car l’efficacité de la méthode est progressivement compromise au fil des heures, même si l’on s’en tient à la limite du retard. Les hormones ont une demi-vie et durent un certain temps dans l’organisme, donc les changements d’horaires peuvent compromettre l’efficacité, souligne le gynécologue. N’oubliez pas : 12 heures sont considérées comme la durée maximale du délai. La recommandation des gynécologues est de ne pas extrapoler les 2 heures afin de ne pas cultiver une habitude d’oubli.

Astuces pour ne pas oublier la prise de pilule

Mettre une alarme sur son portable. Cela peut paraître tout bête, mais combien d’entre nous le fait vraiment ? Programmez ce rappel à une heure où vous êtes généralement disponible, le soir ou le matin avant d’aller au travail par exemple. Utiliser des applis. Plus pratique encore que l’alarme, il existe de nombreuses applications qui permettent de ne pas oublier sa pilule. Certaines ont d’ailleurs été développées par une équipe de gynécologues. En quelques clics, vous créez votre profil et enregistrez vos paramètres, puis chaque jour, l’appli se charge de vous rappeler qu’il est l’heure d’avaler votre comprimé ! En plus de permettre de définir des rappels, Moublipa propose une nouvelle fonctionnalité : l’indication des symptômes comme acné, saignements, douleurs mammaires qui peut être très utile pour les femmes voulant faire un suivi de leurs cycles. En fonction des symptômes, elles reçoivent des conseils de médecins. Caler la prise de la pilule sur une activité quotidienne. Disposez votre plaquette de pilule dans un endroit visible : sur la table de nuit, sur le meuble de la salle de bain… Puis avalez votre comprimé lors d’une tâche que vous effectuez quotidiennement lors du brossage de dent du matin ou du démaquillage du soir par exemple. Avoir toujours une plaquette sur soi… Au cas où ! En effet, les oublis de pilule sont souvent dus aux oublis de plaquettes, restées tranquillement à la maison alors qu’on n’est pas chez soi. 

L’astuce en plus : gardez également une ordonnance de réserve pour renouveler votre pilule dans l’urgence. Cela vous évitera de payer la boite au prix fort, si votre pilule est remboursée, ou de n’obtenir qu’une plaquette d’avance à la pharmacie. Conserver toujours une plaquette d’avance. Il est courant d’être « en panne » de plaquette et de s’en rendre compte, un peu tard ou après l’arrêt de 7 jours que nécessitent certaines pilules contraceptives. Pensez à avoir toujours une plaquette d’avance que vous conserverez prudemment chez vous afin de pallier les imprévus. Ne pas arrêter sa pilule. Même si vous n’avez personne dans sa vie, il est important de ne pas arrêter sa pilule à chaque période de célibat dans la mesure du possible. Le meilleur moyen de ne pas oublier la pilule, c’est d’en faire un réflexe et de l’intégrer pleinement dans son mode de vie.