Les règles demeurent en sujet tabou tenace en Inde jusqu’à aujourd’hui. Et bien plus, la menstruation est synonyme de honte et incarne l’impureté. En effet, on imprègne dans l’éducation des filles indiennes d’avoir honte de leur corps. Plusieurs manifestations tentent ainsi de lever le voile le sujet. C’est le cas d’un documentaire qui gagne d’ailleurs l’Oscar du meilleur film court.

L’Inde parle de serviettes hygiéniques à travers un film

Pour les femmes indiennes, l’accès aux produits d’hygiène intime est une question de santé – et plus encore.

Le nouveau héros du film de Bollywood s’appelle « Pad Man ». Cependant, il ne lutte pas contre les méchants avec un masque et des super pouvoirs, mais a développé une machine qui produit des serviettes hygiéniques à faible coût. Il s’appelle Arunachalam Muruganantham, et le film « Pad Man » avec la star Akshay Kumar dans le rôle principal, qui a également été montré dans certains cinémas allemands ces jours-ci, raconte son histoire vraie. L’acte héroïque de Muruganantham consiste à mettre à la disposition des femmes indiennes pendant des années des pansements qu’elles ne pourraient pas se permettre autrement.

Cependant, le film a fait apparaître le fait que ces femmes sont très nombreuses dans la discussion – et a ainsi contribué à briser un tabou. Un « Pad Man Challenge » se déroule sur Instagram, avec la participation de stars de Bollywood telles que Deepika Padukone et Anil Kapoor. Ils publient des selfies dans lesquelles ils tiennent des tampons dans leurs mains.

Le film n’est qu’un pas ; il en faut plus

Aditi Gupta pense que le « Challenge » est bon. « Mais il est absurde de penser qu’un simple film ou une campagne de ce type pourrait avoir un impact significatif », déclare cette jeune femme de 33 ans. « Il s’agit de quelque chose de profondément ancré dans notre culture. »

Gupta et son mari Tuhin Paul ont fondé la société Menstrupedia et ont publié en 2014 une bande dessinée sous le même titre qui éduque les filles sur les menstruations. Selon M. Gupta, il est maintenant utilisé par plus de 250 écoles et 60 organisations et touche environ 150 000 filles en Inde.

« Les filles ont leurs règles en cinquième année, mais en classe, la matière n’arrive qu’en huitième, neuvième ou dixième année », explique-t-elle, « et même alors, les enseignants sautent généralement le chapitre. Elle affirme que les manuels scolaires ne mentionnent pas de mots comme « vagin » qui sont considérés comme offensants. « On ne sait même pas de quelle partie du corps provient le sang. »

À la maison, les filles indiennes n’apprennent souvent guère plus que des superstitions. Les femmes qui ont leurs menstruations sont considérées comme impures et ne sont pas autorisées à toucher les légumes marinés, à s’asseoir sur le canapé commun ou à toucher des objets d’importance religieuse. Dans certains endroits, même au Népal voisin, ils sont interdits de maison pendant leur période et doivent dormir dans des huttes. La religion joue un rôle majeur, explique M. Gupta. À l’entrée des temples hindous, il dit souvent : « Chaussures, appareils photo et femmes en période de menstruation interdits ».

« Quand j’ai eu mes premières règles, ma mère m’a donné un morceau de coton au lieu d’un pansement », raconte Dipsita Dhar, responsable du syndicat étudiant SFI à l’université Jawaharlal Nehru de la capitale, New Delhi. « Il était lavé après chaque utilisation et ensuite réutilisé. » Aujourd’hui, sa mère achète des serviettes hygiéniques, mais se rend dans des magasins éloignés où elle n’est pas connue. Dans les petits magasins courants en Inde, où les marchandises doivent être commandées au vendeur, les tampons sont enveloppés dans du papier puis mis dans un sac en plastique noir pour que personne ne les voit.

Règles, serviettes hygiéniques : on en parle pas en Inde

L’année dernière, Dhar, 24 ans, a été l’une des initiatrices d’une action dans le cadre de laquelle de nombreuses femmes ont envoyé par courrier des blocs-notes contenant des messages manuscrits au ministre indien des finances Arun Jaitley. Ils protestaient contre le fait que, dans le cadre de la taxe nationale sur les biens et services introduite en juillet, les serviettes hygiéniques sont taxées à 12 % – alors que d’autres produits considérés comme des produits de première nécessité, comme la couleur portée par les femmes hindoues mariées sur leur front ou leur coiffure, sont exonérés de taxes.

Selon les statistiques du gouvernement, seulement un peu moins de 58 % des femmes indiennes âgées de 15 à 24 ans utilisent des produits « hygiéniques » pendant leurs règles – moins de la moitié dans les zones rurales. Selon Trisha Shetty, fondatrice de l’organisation SheSays, les coûts en sont la principale raison, étant donné la pauvreté qui règne sur le sous-continent – malgré les efforts de « Pad Man ». L’appel de SheSays contre la taxe sur les serviettes hygiéniques est actuellement devant la Cour suprême de l’Inde.

Selon Shetty, les alternatives non hygiéniques aux serviettes hygiéniques utilisées par les femmes en Inde comprennent des lambeaux de tissu, des feuilles, du sable et des cendres. Cela entraîne une inflammation et d’autres problèmes de santé – et a des conséquences encore plus importantes : Presque toutes les filles ne vont pas à l’école pendant leurs jours, dit Shetty. « Et 23% des filles en Inde abandonnent l’école lorsque leurs règles commencent. »

Une autre raison est la honte. Il y a quelques mois, une jeune fille de douze ans s’est suicidée dans le sud de l’Inde après qu’un professeur l’eut réprimandée devant ses camarades de classe pour avoir taché de sang son uniforme scolaire.

Ce tabou a un effet profond sur l’estime de soi des jeunes filles indiennes, explique M. Gupta. « Inconsciemment, en tant que société, nous apprenons à nos filles à avoir honte de leur corps. » Avec des conséquences sur un autre problème majeur pour les femmes indiennes : « Si une fille ou une femme ne peut même pas parler de ses fonctions corporelles naturelles, comment peut-elle parler de la violence contre son corps », demande la fondatrice de Menstrupedia. « Si quelqu’un la harcèle, elle pensera que c’est sa propre faute. »