Le sexe est amusant. Mais des études confirment qu’il est également sain pour notre corps. Il n’est pas facile d’étudier l’effet exact du sexe sur notre cerveau. Les études sur ce sujet utilisent des expériences psychologiques ou animales plutôt que des images IRM du cerveau. Certaines des hormones et des zones du cerveau concernées ont déjà été identifiées. Une chose est sûre : le sexe est non seulement bon contre le stress, mais il réduit aussi les états dépressifs et vous maintient de bonne humeur. Le sexe affecte votre cerveau de l’une des huit façons suivantes.

Le sexe en tant que drogue

Le sexe peut créer une dépendance. Pendant l’acte sexuel, le corps libère de la dopamine, un neurotransmetteur qui stimule le centre de récompense dans le cerveau. Lorsque nous consommons certaines drogues, de la dopamine est également libérée et nous donne l’impression d’être défoncés. La consommation de cocaïne et les relations sexuelles ne sont pas identiques. Il a dit que les deux stimulent les mêmes zones du cerveau, mais des zones différentes. Semblable, soit dit en passant, au chocolat, à la nicotine et à la caféine.

Le sexe comme antidépresseur

Le fait que le sexe agisse comme une drogue ne signifie rien de négatif. Au contraire, ses effets sont bons pour nous. Les femmes qui ont des rapports sexuels sans préservatif présentent moins de symptômes de dépression que celles qui ont des rapports sexuels avec un préservatif. Les scientifiques en ont conclu que les composants du sperme, dont la prostaglandine et l’œstrogène, ont des effets antidépresseurs et sont absorbés par l’organisme. La question de savoir comment l’apparition de symptômes de dépression est liée à l’utilisation de contraceptifs oraux ou à l’utilisation d’une relation fixe n’a pas été prise en compte dans l’étude. Cependant, il est important que les deux partenaires soient en bonne santé et n’aient pas de maladies sexuellement transmissibles.

Le sexe comme facteur de déprime

Jusqu’à présent, la dysphorie dite post-coïtale n’a guère fait l’objet de recherches, bien que, selon une étude, une femme sur deux en ait été affectée au moins une fois. Elle se manifeste par des humeurs dépressives ou une irritabilité après les rapports sexuels. Ici, l’effet du centre de récompense est absent et s’inverse, même si la femme est heureuse dans ses fiançailles. Les raisons de cette situation n’ont pas encore été suffisamment étudiées, mais on soupçonne des abus sexuels ou psychologiques antérieurs.

Le sexe comme analgésique

Souffrez-vous régulièrement de maux de tête ? Alors vous devriez faire l’amour à ce stade ! Dans une étude allemande, 60 % des personnes testées souffrant de migraines et 30 % de celles souffrant de céphalées en grappes ont déclaré avoir ressenti un soulagement, voire une atténuation de la douleur lors d’un épisode douloureux lors de rapports sexuels. Les chercheurs soupçonnent l’effet de l’hormone ocytocine, qui a des propriétés analgésiques.

Le sexe comme tueur de mémoire

Jusqu’à 7 personnes sur 100 000 souffrent d’une « amnésie globale et temporaire » chaque année. Il s’agit d’une perte de mémoire temporaire qui ne peut être attribuée à aucun trouble neurologique. Cet état peut être causé non seulement par des relations sexuelles violentes, mais aussi par un stress émotionnel, des douleurs, des blessures mineures à la tête, des interventions médicales et le fait de sauter dans de l’eau chaude ou froide peut déclencher l’amnésie. Elle ne dure généralement que quelques minutes, quelques heures tout au plus, puis disparaît sans aucune déficience permanente.

Le sexe comme moyen d’améliorer la mémoire

Au moins chez les rongeurs, une étude pourrait prouver que des rapports sexuels réguliers entraînent une croissance des neurones dans l’hippocampe. Cette zone est responsable, dans le cerveau, du contrôle de nos émotions et de notre mémoire. L’hippocampe est l’un des rares endroits du cerveau où les neurones renaissent tout au long de la vie. Il n’a pas encore été prouvé que le sexe a le même effet sur le cerveau humain, mais ce n’est probablement qu’une question de temps.

Le sexe comme sédatif

Le sexe est un bon remède contre le stress. Les rapports sexuels la veille d’un examen important ou d’une autre situation stressante comme un discours en public, réduisent les symptômes de stress et empêchent la tension artérielle de monter. Cependant, cela ne fonctionne que pendant les rapports sexuels, les autres pratiques sexuelles n’aboutissant pas aux mêmes résultats. On pense que la cause en est l’hormone ocytocine, qui joue un rôle dans le partenariat et le renforcement de la confiance et qui, apparemment, ne rend pas seulement les mères qui allaitent plus résistantes au stress.

Le sexe comme somnifère

Il est vrai que ce sont généralement les hommes qui bénéficient de cet effet, car après l’éjaculation, leur cortex préfrontal s’éteint pratiquement. Cette zone du cerveau est responsable, entre autres, de la planification et du contrôle des actions et de la résolution de nouveaux problèmes. En combinaison avec la libération des hormones dopamine, ocytocine et sérotonine, le phénomène bien connu est que les hommes se tournent sur le côté après un rapport sexuel et s’endorment immédiatement.