Indépendamment du moyen de contraception utilisé, il est essentiel d’avoir une consultation médicale avant tout changement dans le but ultime d’éviter les grossesses non souhaitées. Il existe évidemment diverses précautions à prendre lorsqu’il s’agit d’altérer votre contraceptif.

Diminuer les risques de grossesse non souhaitées

Selon une étude menée par l’Institut national d’études, une femme sur deux qui avait fait un changement de méthode contraceptive a subi une IVG (Interruption volontaire de Grossesse). Lorsque l’altération d’un contraceptif se fait de façon imprécise, le risque de tomber enceinte accroît considérablement. Il a été prouvé que la pilule contraceptive, par exemple, ne réduit nullement la fertilité. Passer de la pilule à une autre méthode sans consulter un médecin et sans prendre les précautions nécessaires, augmente le risque de concevoir un enfant.

Passage sans risque d’une contraception à une autre

• Si vous envisagez de passer de la pilule contraceptive à la pose d’un stérilet ou DIU (dispositif intra-utérin, veuillez consulter un médecin qui déterminera une date appropriée. En attendant que la date soit proposée et confirmée, n’arrêtez pas votre méthode actuelle de contraception ou ayez recours à l’utilisation du préservatif.

• Pendant le passage d’une pilule à une autre nouvelle, il est indispensable de respecter le délai indiqué par votre médecin lors de la prise de la nouvelle pilule.

• Légalisée en 2001, la stérilisation qui nécessite une réflexion de 4 mois est une autre méthode de contraception qui requiert une bonne transition afin d’éviter toute grossesse non désirée. Tant que l’intervention n’a pas été faite, utilisez toujours votre ancienne méthode contraceptive.